http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/a3.jpg
Domizia Palace Hotel interni
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/a4-1.jpg
Domizia Palace Hotel interni
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/p12-1.jpg
Domizia Palace Hotel veduta
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/p13.jpg
Domizia Palace Hotel piscina
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/p7.jpg
Domizia Palace Hotel piscina
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/p11.jpg
Domizia Palace Hotel piscina
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/g4.jpg
Domizia Palace Hotel giardino
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/g6.jpg
Domizia Palace Hotel giardino
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/s5-1.jpg
Domizia Palace Hotel spiaggia
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/c2-1.jpg
Domizia Palace Hotel camere
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/c1.jpg
Domizia Palace Hotel camere
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/r3-1.jpg
Domizia Palace Hotel ristorante
http://domiziapalacehotel.it/wp-content/uploads/2017/02/r2.jpg
Domizia Palace Hotel ristorante
janvier 3, 2017

HISTOIRE

À L’époque pré-romaine, la campagne était habitée déjà par différentes populations: les Osques (opici), les Ausonis (aurunci) et les Sunnites. Au sud, se trouvaient les colonies grecques avec de Cuma au Paestum les îles d’Ischia et Capri. Plus au sud, les Lucanis.
Ces populations vivaient principalement de l’économie forestière, exception faite pour les habitants de la côte qui vivaient aussi d’activités commerciales.
Les origines antiques de Sessa Aurunca, Suessa ont été confirmées par la découverte de traces d’installations préhistoriques et de la nécropole du VIII siècle a.C., époque dans laquelle les Aurunci résidaient ici. C’est à cette même époque que Sessa Auruncafut fortifiée par des murailles gigantesques sur une surface d’environ 1 hectare:  elles représentent le noyau originaire de Suessa, qui adhéra à la fédération des villes comme Pentapoli Aurunca

Au IV siècle avant J.C.. le territoire fut conquis par les Romains qui battirent en 313 avant J.C.. le Pentapoli Aurunca et installèrent une colonie de droit latin qui frappait monnaie depuis l’IV siècle jusqu’à la seconde guerre punique, (219-202 avant J.C..); Entre temps, Suessa devint un important centre militaire, commercial et agricole et elle vint élevée à « municipium » en 90 avant J.C.

Le nom Suessa dérive probablement de sessio (siège) « assise sur une douce colline au doux climat » dans un territoire dénommé des romains « Campanie felix »

A L’ère impériale, Suessa connaît sa meilleure expansion urbaine:  le centre habité s’étalait sur une zone presque double à l’actuelle et comptait de nombreux et importants monuments.  La plaine sous-jacente au 1er s après J.C. atteignit sa plus haute splendeur, avec les villes de Minturnum et Sinuessa, aussi pour l’inauguration d’un important croisement routier:  la rue Domiziana.

Le catastrophique tremblement de terre de 375 et les invasions barbares dues  à la chute de l’empire romain contraignirent les habitants à se déplacer vers les zones de montagnes plus intérieures, et toute la zone subit un dépeuplement;  lors que sur la côte, restait solidement placée l’installation commerciale de Gaeta.

Dans le haut moyen-âge, les sarrasins réussirent à fixer quelques bastions, un d’eux à la bouche du Garigliano qui résista jusqu’à l’avènement de la féodalité normande, ce dernier contribua à exalter les autonomies locales et le développement de centres plus petits, entre ces Teano.

Les politique fiscales excédées des successifs dominateurs dans le temps: Souabes, Anjous, Aragons, les famines fréquentes et les épidémies de peste suivies entre le 1300 et le 1600 et furent une des causes de la migration de la population des campagnes vers les villes, en particulier Naples, en contribuant à empirer les conditions d’hygiène déjà précaires.

Les plaines du Volturno et du Garigliano devenues  insalubres, restèrent complètement dépeuplées jusqu’à l’avènement de la dynastie des Bourbons, au XVII.ème siècle  abolissant la féodalité, les privilèges de l’Église et  commença la récupération de beaucoup de zones. La récupération complète des plaines a été achevée seulement au siècle dernier. C’est pour toutes ces raisons que la zone présente une densité de population plutôt basse en comparaison aux villes de la région et en particulier à Naples, qui compte 2500 habitants au km2.

Les habitations ont des éléments typiques de la campagne, présentant une structure compacte à un ou deux étages avec escalier extérieur et construites avec des pierres de tuf sans enduit. Dans la zone du Roccamonfina, ne sont pas rares les refuges obtenus dans le tuf.  Les villages formés après la récupération se situent sur la mer comme, principalement, notre Bai Domizia, et qui ont une vocation plutôttouristique.

La douceur des pentes et la fertilité du sol ont favorisé la formation de centres habités sur les reliefs volcaniques du Roccamonfina.

La Nature

Les éruptions du volcan Roccamonfina, initiées il y a 6 millions d’années ont marqué le territoire jusqu’à, il y a environ, 100.000 ans. Quand il s’éteignit et se réactiva,  une nouvelle bouche éruptive dessina l’île d’Ischia, cette dernière est restée active jusqu’en1301. Il y  a 35.000 ans, une activité volcanique violente détruisit le bâtiment ‘’archiflegreo’’, et dans son cratère ils se formèrent environ 50 volcans plus petits, le dernier, le Nouveau mont remonte au 1538;  entre le plus récent il y a aussi le Vésuve, actuellement quiescent, et qui alterne entre des  longues périodes de silence et des éruptions soudaines;  une de celles-ci, en l’an 79, détruisit Pompéi et Ercolano.
Actuellement, dans la zone, seul le solfatare de Pozzuoli est encore actif.
La plaine est sillonnée par le fleuve Garigliano confluent du Liri et du Gari. Il coule entre le Roccamonfina et les monts Aurunci et dans les derniers 38 km de son parcours il marque la frontière entre Lazio et Campanie.  Au sud, la campagne est sillonnée par le Volturno. Avec ses 135 km,  c’est le fleuve le plus important de la Campanie. Au centre, le mont Massique divise les deux plaines.

Grâce aux couloirs naturels formés par les vallées amples, la mer influence le climat de la zone ainsi qu’à l’intérieur, où nous trouvons végétation et cultures méditerranéennes typiques. Sur le Roccamonfina, au-delà de 600 mètres, nous trouvons des châtaigniers séculaires.
Plus bas, des chênes verts, oliviers et plantes sempervivum comme l’olivâtre, l’arbousier, le myrte, le laurier, le cyprès, mais aussi genêts, lauriers, bruyères, eufobie, genévriers et phillyreas, pour parvenir jusqu’à la côte, au Bai Domizia, où pins maritimes et domestiques forment une splendide barrière verte devant la mer, longs de 10 km.

Économie

L’agriculture qui, déjà à l’époque romaine, était de type mixte (céréales, vignes, oliviers, fruits) a partiellement été modifiée par des cultures des fruits et légumes intensives. Sont présents également l’élevage du bétail (en particulier des « buffles » en plaine et des ovins en colline), la pisciculture, et des petits sièges industriels mais le tourisme tient toujours une place très importante dans l’économie.

Aujourd’hui, Sessa Aurunca dont le chef-lieu est situé aux 203 m sur le niveau de la mer, compte 22.000 habitants et avec les 163 km2, c’est une des communes les plus grandes de l’Italie, il a un déplacement géographique spécial avec 26 fractions entre une zone de colline ample que part des 933 mètres de hauteur, elle descend en la fertile plate du Garigliano et  atteint la mer au Bai Domizia.

Rappelons comme citoyen illustre Galeazzo Florimonte, 1478-1567, évêque de Sessa Aurunca, célèbre pour avoir inspiré Mons. Giovanni de la Maison, ce livret du vivre civil que du prélat sessano prit le nom de « Galateo » (Savoir-vivre).